Projet Mémoire 13 novembre

Dipralang est l'un des 9 labos associés pour travailler, dans notre perspective qui est celle de l'anthropologie des pratiques langagières, sur la mise en discours des attentats du 13 novembre 2015. Le projet, sur financement PIA et porté par le CNRS, l'INSERM et HESAM Université, va étudier dans la durée l'articulation entre mémoire privée et mémoire collective autour de cet événement important dans la vie de notre pays. Cet angle d'attaque constitue l'une des problématiques, à la fois psychologique et historique, mais pas la seule car le projet très pluridisciplinaire comprend également des enjeux de santé publique (étude épidémiologique des comportements collectifs face aux attentats, étude neuropsychologique des comportements de résilience).

La diversité des 9 laboratoires impliqués (avec la neuropsychologie, la neuropsychiatrie, la sociologie, la communication, les sciences politiques, le droit, l'éthique et donc les sciences du langage) est représentative de la pluralité des approches qui vont être mises en oeuvre pour croiser les regards et parvenir à une compréhension riche de ce qui a pu se vivre et qui continue de se déployer à la suite des attentats parisiens.

Le nombre et la diversité des partenaires et soutiens, outre les 3 porteurs institutionnels ci-dessus, témoigne de l'enjeu du projet, avec 34 au total.
http://www.memoire13novembre.fr/partenaires-et-soutiens

La durée du projet, hors norme puisqu'il va se prolonger 12 ans, jusqu'en 2028, présente également un grand intérêt en permettant un travail de fond.

Concrètement, Dipralang va travailler en analyse qualitative de discours, dans la perspective d'anthropologie des pratiques langagières qui est la sienne, sur ce qu'il est convenu d'appeler l'Enquête-1000, à savoir environ 1000 témoins et acteurs, directs ou indirects, enregistrés à 4 reprises sur 10 ans.
http://www.memoire13novembre.fr/participation

Le labo va également s'attacher, fidèle à un autre de ses ancrages scientifiques, à étudier la manière dont les manuels scolaires vont dans les dix ans qui viennent refléter/contribuer à construire la mémoire collective de ces événements.

La plupart des chercheurs du labo vont être impliqués dans ce projet, qui s'ajoute aux projets déjà en cours en sociolinguistique et en didactique dans lesquels il sont impliqués et qui va marquer assez fortement l'identité du laboratoire pour la prochaine décennie.