Didactique des langues-cultures

AXE DIDACTIQUE DES LANGUES-CULTURES

Coordinatrices : Amandine DENIMAL & Rose-Marie VOLLE

Programme 1. Pratiques PLURIELLES d’enseignement/apprentissage des langues

Le programme 1 vise le développement de pratiques de classe et de dispositifs d’enseignement/apprentissage des langues (en particulier Français Langue Etrangère/seconde) répondant à une analyse des enjeux actuels en matière de politiques linguistiques et éducatives. Cet axe rend compte d’une diversité de pratiques de classes et de contextes ayant pour objet commun la didactique des compétences linguistiques et discursives dans un contexte de dilution idéologique des savoirs sur les langues et les textes dans des catégories aux contours floues non issues des sciences du langage. Les travaux se développeront dans la continuité d’une perspective critique des cadres actuels de la didactique des langues dans le sens d’une méthodologie plurilingue intégrée où le développement de la compétence linguistique et textuelle s’appuie sur les langues premières des élèves.

Dans cette perspective, un intérêt particulier sera porté aux dispositifs d’enseignement/apprentissage pour publics migrants. Partant d’une analyse des textes institutionnels et des besoins langagiers des publics migrants et en réponse au délaissement des savoirs sur la langue dans les formations dites « français langue d’intégration », il s’agira de proposer des pratiques de classes alliant savoirs linguistiques et projet expressif par l’élaboration de séquences conjointes avec les formateurs. Les terrains privilégiés seront les dispositifs passerelle (coordination et élaboration du DU Passerelle) et le terrain associatif (convention avec la Cimade). Par ailleurs, des travaux développeront des dispositifs d’enseignement/apprentissage centrés sur la notion de créativité et mobilisant des pratiques artistiques (jeu dramatique, écriture, photographie) afin de réinvestir la langue à la fois dans sa singularité systémique et dans sa fonction d’univers de discours. Selon les projets, le public visé pourra être des étudiants internationaux (FLE), un public migrant (FLS), un public scolaire (FLSco, classe UPE2A). La question des compétences linguistiques et textuelles seront aussi au centre des travaux menés dans le domaine des discours de professionnalisation et de l'ingénierie pédagogique par le numérique, où les objets privilégiés seront, d'une part le discours « techno-pédagogique » comme type de discours émergent à décrire et à didactiser et, d'autre part, les compétences linguistiques spécifiques à une sphère professionnelle donnée qui nécessite la création de corpus de spécialité. Pour cela, différents terrains seront investis comme, par exemple, des organismes appartenant au réseau culturel et éducatif ou, encore, des centres de langue ou des dispositifs numériques (formels et informels) d'enseignement-apprentissage des langues.

Programme 2. Manuels : ANALYSE ET CONCEPTION

Le programme 2 réunit des recherches qui ont pour objet l’analyse et la conception de manuels scolaires dans le domaine de la didactique des langues et en particulier didactique du FLE/FLS. Comme pour le programme 1, les différents contextes de production et de diffusion de manuels sont abordés à partir de la question de la didactique de la compétence linguistique et textuelle.

L’analyse des manuels abordera d’une part une perspective diachronique afin de saisir l’évolution de la place des savoirs linguistiques et textuels dans les manuels. Les travaux interrogeront en particulier l’évolution du traitement de la compétence linguistique à partir de la rupture d’avec les approches traditionnelles. Il s’agira de réinterroger ce qui a fait consensus tout au long du XX° siècle quant aux reproches adressés aux approches traditionnelles d’une centration sur la grammaire, sur l’écrit et les textes littéraires. Quant aux apprentissages discursifs et textuels, l’analyse s’intéressera particulièrement à la période courant à partir des années 80. Délaissée par le CECR, la compétence discursive- textuelle semble connaître une éclipse particulièrement notable dans les matériels d’enseignement des vingt dernières années au profit d’une définition hétérogène de la notion de tâche et d’une approche du langage déliée de toute étude des genres discursifs. Il s’agira d’étudier la possibilité d’envisager une didactique tenant à nouveau compte des formes génériques (orales, écrites).

Cette perspective diachronique sera mise en relation avec une analyse de la place des savoirs grammaticaux dans les manuels de grammaire et de langues aujourd’hui. L’analyse se centrera en particulier sur le traitement linguistique et didactique du système verbal du français mais aussi dans une perspective comparatiste avec l’anglais, l’espagnol et les langues slaves.  La réflexion sur les enjeux actuels de la didactisation des savoirs linguistiques et textuels se prolongera par des travaux portant sur la problématique de la complémentarité entre manuels et supports numériques, complémentarité qui reste entièrement à penser.

Dans une perspective plus synchronique, les travaux de recherche porteront sur l’analyse de la production et de la diffusion de manuels en situation de contacts de langues. Dans quelle mesure les manuels mettent-ils en œuvre une didactique plurilingue intégrant les langues premières des élèves ? Ces travaux porteront sur différents contextes : la place des langues africaines dans le contexte de la diffusion du français langue seconde en Afrique (travaux du réseau ELAN en Afrique), des langues régionales en particulier l’occitan (expériences d’application des ateliers thématiques dans les Calandretas) ou encore le cas des langues autochtones (contexte Amérique du Sud, Amérique centrale).

Sur le long terme, les recherches pourront aboutir à un travail de conception de manuel. A court terme, la réalisation d’un manuel d’espagnol de spécialité constituerait un des aboutissements de ce programme.

Programme 3. Appropriation des langues / des savoirs et subjectivité

Le programme 3 couvre des recherches mobilisant les outils de l’analyse de discours afin de traiter de la question du rapport aux langues et au savoir des sujets. Les corpus privilégiés seront les textes institutionnels relatifs aux politiques linguistiques et les récits de vie.  Cet axe articulera ainsi une analyse des idéologies linguistiques et éducatives à la question du sujet et de son rapport au langage dans la perspective d’une anthropologie de la parole.

Cet axe permet de développer une réflexion critique sur les cadres actuels des politiques linguistiques, en particulier européennes, et plus généralement sur les conditions d’exercice de la parole dans notre contemporanéité et leurs incidences sur la relation au savoir et aux langues. Les notions de mémoire, d’héritage et d’inventivité y seront interrogées à travers la question des langages totalitaires, des langages techniques mais aussi dans un travail sur les manuels pour l’éducation post-conflit (en lien avec programme 2). Le travail sur les récits de vie et la parole singulière permettra de poursuivre la réflexion sur la question du désir dans l’appropriation d’une langue. Différents terrains seront abordés notamment à partir d’un travail sur la "vulnérabilité" chez les femmes immigrées non francophones et les sans-papiers à Montpellier.