LÉONARD Jean

Portrait de jleonar3
Statut : 
Enseignant chercheur
Corps : 
PROFESSEUR DES UNIVERSITES
CNU : 
SCIENCES DU LANGAGE : LINGUISTIQUE ET PHONETIQUE GENERALES
Composante : 
ITIC
Organisme d’affectation : 
Université Paul-Valéry Montpellier 3
>Contactez moi

Un CV récent, remanié après ma nomination à l'UPV est consultable sous forme de pdf sur cette page.

En voici quelques éléments significatifs :

Formation :

2005 : Habilitation à diriger des recherches, Université de Paris 7 : « Pour une dialectologie générale et appliquée : langue, diasystème, variation et élaboration linguistique », soutenue le 9 décembre 2005. Directeur de recherches : Alain Kihm (CNRS). Jury : Alain Lemaréchal (Paris 4), Patrick Sauzet (Toulouse 2), Jean Lowenstamm (Paris 7), Jean-Marie Marandin (CNRS), Alain Kihm (CNRS), Arlette Bothorel-Witz (Strasbourg 2).

1991 : Thèse de doctorat nouveau-régime, Université de Provence : « Variation dialectale et microcosme anthropologique : l’île de Noirmoutier ». Directeur: Jean Claude Bouvier..

1987 : DEA de Sciences du Langage, Université de Provence.

1986 : Diplôme de Recherches et d’Etudes Appliquées (DREA) de finnois, Institut National des Langues et Civilisations orientales (INaLCO).

1984 : Diplôme de Didactique des Langues (DDL), U.E.R. d’Etudes françaises pour l’étranger, Université de Paris 3.

1983 : Licence de Langues Etrangères Appliquées : Anglais-Italien, Université de Paris 3.

 

Distinctions :

2015-19: Prime d’Encadrement Doctoral et de Recherches (attribuée par le C.N.U., section 07)

2015 : Lauréat du prix Jean-Charles Perrot de l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres.

Membre honoraire de l’Institut Universitaire de France, sur la base du projet I.U.F. réalisé durant la période 2009-2014 en dialectologie, sociolinguistique et typologie linguistique mésoaméricaine (cf. résumé sur http://lpp.in2p3.fr/doc_html/MamP_MPMA.html, voire aussi le lien  http://jll.smallcodes.com/home.page, où on trouvera le rapport final 2009-14 du projet).

 

Expérience professionnelle :

Septembre 2019- : Professeur des Universités, Université de Montpellier 3 (Paul-Valéry).

2014-19 : Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne. 

1996-2014 : Maître de conférences à l’Université de Paris 3, ILPGA.

1994-1996 : ATER, Université de Nantes. Cours de phonétique et de phonologie, de finnois pour étrangers (cursus FLE) et de phonétique historique (cursus Lettres modernes).

1993 : Lecteur de français au Centre Interuniversitaire de Langues de l’Université de Trente, Trentino Alto-Adige, Italie.

1992 : Attaché de direction à France Promotion et Communication Internationales : chargé de mission au Kuban, Caucase nord, Fédération de Russie.

1991 : Lecteur de français et de langues romanes à l’Université de Tartu, Estonie : élaboration de cours multilingues accélérés de langues romanes (espagnol, portugais, italien), en estonien.

1984-1986 : Lecteur de français à l’Université de Tampere, Finlande, contrat V.S.N.A.

1984-1985 : Missions de chercheur vacataire CNRS : enquêtes linguistiques de terrain à Noirmoutier et l’île d’Yeu pour l’atlas linguistique des côtes de France et de la Manche, coordonné par Patrice Brasseur.

 

Appartenance à des groupes de recherche :

Membre titulaire :

2019- : DIPRALANG (EA 739), Laboratoire de sociolinguistique, d'anthropologie des pratiques langagières et de didactique des langues-cultures, Université de Montpellier 3. Membre titulaire.

2014-19 : STIH (EA 4509) Sens Texte Informatique Histoire, Paris 4. Membre titulaire.

2004-2014 : UMR 7018 Paris 3 - CNRS Phonétique et Phonologie. Titulaire de 2004 à 2014 (membre associé depuis octobre 2014).

2000-2003 : Osterlits, UMR Paris 3 - CNRS, groupe de recherches sur l’oralité et les langues ouraliennes.

1997-2000 : TYGRE, groupe de recherches en typologie grammaticale et en morphosyntaxe.

1995 : Centre d’Etudes Métriques (CEM), Maison des Sciences de l’Homme Ange-Guépin - Université de Nantes. Projet de recherches sur la poétique et la métrique tchèque contemporaine.

1986-1991 : CREHOP, CNRS - Université de Provence, équipe de recherche interdisciplinaire en dialectologie et en histoire orale, dans le cadre de la recherche doctorale.      

 

Membre associé et autres affiliations :

Depuis octobre 2014 : membre associé de l’UMR 7018 (Phonétique et Phonologie) et membre individuel du LabEx EFL.

Depuis 2010 : Réseau Français de Phonologie

2000-2005 : OHLL (Origine de l’Homme, du Langage et des Langues), INSERM - CNRS (responsable Pierre Darlu, INSERM).

1998-2002 : GDR de phonologie (directeur : Bernard Laks).

Depuis 2004 : Membre de la Société de Linguistique de Paris (membre du bureau, secrétaire adjoint depuis octobre 2011).

 

Principales activités d’intérêt collectif :

1998-2007 : membre titulaire, puis suppléant de la commission de spécialistes de l’Université de Paris 3.

1998-2001 : Délégué de l’ILPGA à la coordination finno-ougrienne.

2000-2007 : Délégué de l’ILPGA à la Commission des Structures de Paris 3.

2008 : Enseignant référent, ILPGA, Université de Paris 3.

2011-14 : Membre du conseil de département de l’ILPGA, Paris 3.

2013-14. Représentant de l’ILPGA au comité de rédaction des Presses de la Sorbonne Nouvelle.

2012-2014 : Directeur adjoint du département ILPGA, Université de Paris 3 et responsable du planning des enseignants.

2015 : Membre de comités de sélection de rang A à Paris 4 (linguistique générale et linguistique française), Paris 7 (phonologie et morphologie) et Nice Sophia-Antipolis (dialectologie et linguistique générale).

2016.  Vice-président du comité de sélection MCF 969 Université de Paris 4, (Linguistique générale, linguistique française, linguistique informatique. Modélisations et approches formelles).

2016. Membre de comités de sélection de rang B à Montpellier, Université Paul-Valéry (linguistique et informatique) et à l’Inalco, Paris (vietnamien).

2016.  Membre suppléant du CNU sur nomination du ministère, section 07.

2019.  Directeur adjoint de l’EA Dipralang.

 

Recherche

Mon activité actuelle fait converger la dialectologie générale et la dialectologie appliquée, dans une perspective qui relève du paradigme de l’écologie linguistique. Outre les réalisations du projet IUF en cours sur la géolinguistique, la modélisation des systèmes phonologiques et grammaticaux mayas, otomangues et huave, et la collecte de données de langues en danger en Méso-Amérique et ailleurs (dialectologie romane : dialectes d’oïl, d’oc, sarde ; langues fenniques), je m’oriente vers une intensification des activités interdisciplinaires liées à mes différents projets (IUF, PEPS, opérations EM2 et PPC11 du Labex EFL, projet Emergence Idex, projet de mobilité Parrot), notamment à l’aide des théories de l’émergence et de la complexité, en partenariat avec des spécialistes de ce champ de recherches. Cette transition s’effectue à la fois comme une conséquence logique de l’apport du projet MAmP de l’IUF (2009-2014), qui a fait émerger des modèles se déclinant sur une polarité simplexité/complexité des langues méso-américaines et a permis de développer les techniques de recherche-action en aménagement linguistique.

 

Présentation succincte des thématiques

de recherche 

J’ai commencé mon parcours d’enseignant-chercheur sur la base d’une double formation (d’ouraliste et de dialectologue en domaine gallo-roman) et d’un arrière-plan interdisciplinaire (licence de LEA anglais-italien et maîtrise de didactique des langues). Alors que je préparais l’équivalent d’une maîtrise en finnois à l’INaLCO, j’ai eu la chance d’être envoyé comme lecteur VSNA (service national civil actif) en Finlande, à l’Université de Tampere en 1984, ce qui m’a permis de perfectionner mon finnois, d’approfondir également mes connaissances d’estonien et d’autres langues fenniques, et d’acquérir une première expérience de l’enseignement universitaire à l’âge de 24 ans. A mon retour en France, en 1986, j’ai entrepris de préparer un DEA, puis une thèse de doctorat NR en dialectologie d’oïl sous la direction de Jean-Claude Bouvier, alors directeur du GDR des atlas linguistiques de France. Je pus réaliser de nombreuses enquêtes de terrain sur les variétés dialectales de poitevin-saintongeais entre 1986 et 1990 – j’avais en réalité commencé à enquêter dans l’île de Noirmoutier dès 1982. Après ma thèse de doctorat sur la variation dialectale dans l’île de Noirmoutier envisagée du point de vue de l’anthropologie linguistique (cf. [B 7]), soutenue en 1991, je me rendis an Europe de l’Est afin d’apprendre des langues baltes et slaves, et j’enseignais la didactique des langues romanes durant un semestre en Estonie, à l’Université de Tartu. Cette expérience me permit de didactiser mes connaissances de dialectologue, ou plutôt, d’établir un pont entre le comparatisme du dialectologue et l’élaboration de modules didactiques multilingues, visant à faire émerger des répertoires de langues proches chez les apprenants.

En 1996, je fus nommé MCF en Sciences du Langage à Paris 3, ILPGA, sur un poste au double profil (phonologie et linguistique appliquée). J’ai eu l’occasion d’enseigner dans le cursus de la licence la sociolinguistique, le contact de langues, la didactique du français langue seconde et maternelle, la diversité des langues, la phonologie, la linguistique finno-ougrienne et la morphosyntaxe, ainsi que, au niveau master, la dialectologie et la linguistique appliquée. J’ai aussi donné des cours de sociolinguistique et de dialectologie maya à l’Inalco, à des étudiants issus de divers cursus (histoire, archéologie, linguistique, épigraphie, etc.).

Mes principaux axes de recherche sont la dialectologie générale et appliquée, la typologie linguistique et la sociolinguistique, ainsi que le contact de langue (critique raisonnée des Sprachbünde ou Unions linguistiques) et l’anthropologie linguistique / des pratiques langagières.

En dialectologie générale, mon programme de recherche consiste à unifier la dialectologie et la linguistique générale, notamment par le vecteur de la typologie linguistique, mais aussi en appliquant des méthodes ou des dispositifs analytiques diversifiés, variables en fonction des composantes de la phonologie et de la grammaire.

En linguistique formelle, les modèles théoriques retenus dans mes recherches sont, en phonologie, la géométrie des traits et la phonologie déclarative ; en morphologie, le modèle PFM (modèle de Gregory Stump Paradigm Function Morphology) ; sur le plan interdisciplinaire, je m’oriente de plus en plus vers une intégration de ces modèles en tant que complexité algorithmique à la théorie des systèmes complexes.

En dialectologie appliquée, j’ai créé une opération sur la praxis diamésique (alternance des performances entre écrit et oral dans les langues méso-américaines), dans le cadre de l’éducation bilingue (cf. http://axe7.labex-efl.org/em2_bilan). La pratique de l’écriture à finalité pédagogique dans les langues autochtones, dans le cadre de l’éducation bilingue et interculturelle en cours de développement au Mexique est un observatoire privilégié de la relation du locuteur à sa langue maternelle, à sa capacité de catégoriser les unités fonctionnelles et d’analyser les structures de la langue, quelle que soit la variété dialectale concernée – car toutes ces langues présentent une haute densité de variation dialectale. Il s’ensuit une recherche sur la réalité psychologique des phonèmes et des morphèmes, dans la continuité de l’article fondateur d’Edward Sapir à ce sujet. L’intercomplémentarité de cette approche empirique par la praxis diamésique (transferts oral/écrit, de l’oralité à l’écriture et la littéracie) avec les avancées que permet la synergie entre dialectologie et linguistique générale, à l’aide des modélisations mentionnées plus haut (phonologie de laboratoire et PFM) est un atout majeur de cette approche.

Nombre de mes travaux en sociolinguistique présentent une orientation en sociologie du langage, à la manière de Joshua Fishman, et en anthropologie linguistique. Ils associent méthodes qualitatives et quantitatives à des degrés divers, dans contextes culturels très différents. Mes recherches les plus récentes s’orientent également vers l’approche interactionnelle, à travers l’interprétation de l’image en situation de documentation de langues en danger, dans une perspective qui tient compte à la fois de la tradition goffmanienne et des acquis de la sémiotique. Le paradigme de la documentation des langues en danger, qui est actuellement en plein essor, doit encore développer une réflexion sur les conditions d’enquête et sur les facteurs qui définissent les situations d’enquêtes.

 Enfin, mes recherches sur l’aire de convergence structurale méso-américaine relève de la critique épistémologique d’une notion aussi idéaliste et positiviste à la fois que celle de Sprachbund, en revisitant les matrices de critères justifiant cette catégorisation d’une région du monde, en posant la question des limites et des risques qui se présentent lorsqu’on tente de reconstituer les réseaux sociolinguistiques liés à des aires culturelles dans la longue durée, quelle que soit par ailleurs la richesse des données interdisciplinaires disponibles concernant l’histoire la Méso-Amérique.

En résumé, je dirais que mes recherches concilient la linguistique et la dialectologie descriptives et formelles ainsi que, la sociologie du langage, sur essentiellement quatre domaines linguistiques : ouralien, méso-américain, basque et roman (gallo-roman, mais aussi italo-roman, sarde et rhéto-roman). Le principal apport de ces recherches est de développer, comme une dimension à la fois parallèle et intégrée à la linguistique générale et appliquée, une dialectologie générale et appliquée. Cette approche permet d’envisager la dialectologie à la fois comme une composante à grain fin de la linguistique générale et de la typologie linguistique, et comme un champ interdisciplinaire ou transversal orienté vers les questions de société et de civilisation (dans le sens de « langues et civilisations », en termes de cursus universitaire).

Enfin, je citerai, extrait du projet 2020- de l'équipe Dipralang, l'un de mes thèmes de recherche qui condense divers aspects de ces orientations précédentes, en les insérant au centre des thématiques de Dipralang :

"L’écologie des contraintes sociolinguistiques : il s’agit de développer au sein de Dipralang un modèle analogue à celui que l’équipe Politique et planification linguistiques (ENALLT / Centre de coordination d’enseignement à distance) de l’UNAM, au Mexique, a constitué, sous la direction de Roland Terborg, sur l’écologie des contraintes sociolinguistiques (ecología de presiones), inspiré notamment par les travaux de l’équipe catalane de sociolinguistique et systèmes complexes de l’Université de Barcelone. Il s’agit d’une approche holistique, c’est-à-dire tenant compte de la totalité des facteurs interdépendants intervenant dans les situations de contact de langues susceptibles de permettre d’analyser, comprendre, prévoir et, si possible, résorber par des actions de revitalisation, les phénomènes de substitution linguistique (ou assimilation, perte de langue, monolinguisme issu d’un bilinguisme inégalitaire). Outre la dimension théorique pour la linguistique de contact ou la linguistique appliquée, il y a un fort enjeu sociétal. Ce volet comporte également une forte dimension empirique sur le traitement des faits de langue, dans tous les domaines d’observation des données : structures des langues ou interlangues et variation, dynamiques évolutives et tendances, linguistique quantitative (co-variation selon les modèles Labov/Sankoff), dialectologie quantitative (dialectométrie, distance d’édition, etc.), descriptive et théorique, dans une perspective de dialectologie sociale."

Cette thématique concentre en effet à la fois la problématique des politiques linguistiques et de la revitalisation des "langues en danger", et elle inclut également les activités de didactique des langues en danger, valorisées sur le lien http://axe7.labex-efl.org/taxonomy/term/12.  Voir aussi la documentation accessible sur le lien http://axe7.labex-efl.org/node/126, et le mémoire-rapport de Sergio Andres  Rodriguez Ruedas sur http://axe7.labex-efl.org/node/396.

Venons en aux publications et aux réalisations, de manière succincte.

 

Publications :

A.1 - Ouvrages :

[A 1]. 2006 : Parlons mordve (une langue finno-ougrienne de Russie), en co-rédaction avec Ksenija Djordjević, Paris, L’Harmattan.

[A 2]. 2008 : Construction nationale et intégration multilingue en Europe. Deux études de cas : Finlande et Serbie, en co-rédaction avec Ksenija Djordjević, Paris, L’Harmattan.

 [A 3]. 2012 : Eléments de dialectologie générale, Paris, Michel Houdiard. V. résumé sur http://www.michelhoudiardediteur.com/2012/12/elements-de-dialectologie-generale.html

[A 4]. 2019 : Didactique des « langues en danger ». Recherche-action en dialectologie sociale / Pedagogía co-participativa y « lenguas en peligro »: propuestas de dialectología social en acción, en co-rédaction avec Karla Janiré Avilés Gonzalez, Paris, Michel Houdiard éditeur.

A.2. - Ouvrages Collectifs et Numéros de Revues :

[A 5]. 2013 : Léonard, Jean Léo & Samia Naïm Base articulatoire arrière. Backing & Backness, Munich, Lincom (cf. http://linguistlist.org/issues/24/24-4177.html).

[A 6].  2013 : sous la direction d’Alvarez-Pereyre Franck, Sylvie Archaimbault & Jean Léo Léonard  (éds.). Dialectes décisifs, langues prototypiques, in Histoire Epistémologie, Langage, tome 35-1, Paris 3 & Paris 7, 192 pages, introduction, pp. 5-11.

[A7] 2014. Léonard, Jean Léo & Alain Kihm (eds.). Patterns in Mesoamerican morphology, Paris, Michel Houdiard.

 [A8] 2014. Léonard, Jean Léo (éd.). Morphologie flexionnelle et dialectologie romane : typologie(s) et modélisation(s), Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, n° 22, Louvain, Peeters.

[A9] 2015. Léonard, Jean Léo & Karla Janiré Avilés González (eds.). Documentation des langues en danger : épistémologie et praxis, Paris, Michel Houdiard éditeur. Cf. [H_2] infra et http://axe7.labex-efl.org/node/346

[A10] 2016. Palancar, Enrique & Léonard, Jean Léo (eds.). Tone & Inflection, New Facts & New Perspectives, Trends in Linguistics. Studies and Monographs, 296, Mouton de Gruyter. Cf. [H_10] infra et v. http://www.degruyter.com/view/product/465397

Recension sur https://linguistlist.org/issues/28/28-308.html

[A11] 2016. Léonard Jean Léo (éd.). Actualité des Néogrammairiens, Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, n° 23, Louvain, Peeters. Cf. [H_12] infra.

[A12] 2018. Diffusion : implantation, affinités et convergence, Mémoires de la Société de Linguistique de Paris, n° 24, Louvain, Peeters. Cf. [H_19] infra. ISBN 978-90-429-3523-5.

[A13] 2018. Jean Léo Léonard & Rialland, Annie (éds.) : Linguistique africaine : perspectives croisées, Journées scientifiques de la Société de Linguistique de Paris, Paris, Editions de la SLP. ISBN 979-10-699-2586-1.

 

A.3 - En préparation :

[A14] Heinsalu Els, Marco Patriarca, Jean Léo Léonard (sous presse). Languages in Space and Time. Models and Methods from Complex Systems Theory, Cambridge University Press.

[A15] Léonard Jean Léo, Essais de linguistique mazatèque, Paris, Honoré Champion.

 

Voir le CV au format pdf en ligne sur cette page pour la liste des articles, chapitres d'ouvrages, conférences, recensions, etc.

Je reproduis la liste des colloques et journées d'études organisées depuis 2010, car un tel inventaire donne une idée assez précise d'une ligne de recherche, et des équipes de travail formelles ou informelles réunies sur des thématiques ciblées (NB : la lettre H correspond à la hiérarchie des activités de recherche dans le CV en pdf). Cette présente aussi l'avantage de renvoyer à des liens Internet qui permettent de se faire une idée du détail des programmes et des interventions (résumés, documents de travail, etc.), dans la mesure où la recherche est un processus collectif, de consultation, partage et réciprocité, dans lequel le chercheur individuel est autant catalysateur (et notamment éditeur) qu'auteur : 

● [H_1] Morphologie Méso-américaine / Meso-American Morphology. Colloque international. Paris 3, 31.01-01.02 2011. Invités : Matthew Bauerman, Daniel Silverman, Enrique Palancar, Maurizio Gnerre & Flavia Cuturi, Gilles Polian, Claudine Chamorreau, Julie Gragnic-McCabe, Karla Avilés Janiré González, Denis Costaouec, Evangelia Adamou).

[H_2] Méthodologie de la collecte des ‘langues en danger’ ou des ‘langues menacées’ et interaction avec le milieu : épistemologie et praxis. Colloque international. Paris 3, 21-22 juin 2011. Publication d’un volume d’actes (v. http://axe7.labex-efl.org/node/346), coordonné par Jean Léo Léonard & Karla Avilés Janiré González, (Ciesas DF) ; cf. http://www.univ-paris3.fr/88678250/0/fiche___actualite/. Maison de la Recherche, Université de Paris 3.

● [H_3] Dialectes décisifs, langues prototypiques / Distinguished Dialects, Prototypical Languages, colloque international, du 29 février 2012 au 2 mars 2012 : coordination scientifique Jean Léo Léonard & Rachid Ridouane (UMR 7018, Paris 3-CNRS), Sylvie Archaimbault & Christian Puech (Laboratoire d'histoire des théories linguistiques - UMR 7597), Roland Noske (UMR 8163, Lille 3), 29 février-2 Mars 2012, Paris 3. http://www.univ-paris3.fr/21228218/0/fiche___actualite/. Maison de la Recherche, Université de Paris 3.

[H_4] Backing / Base Articulatoire Arrière, 2-4 mai 2012, colloque international. Coordination scientifique Jean Léo Léonard (LPP, UMR 7018 Paris 3) & Samia Naïm (LACITO, UMR 7107, associé à Paris 3). Actes parus chez Lincom Europa (cf. http://lincom-shop.eu/shop/article_11299%2520ISBN%25209783862884636/LSPhon-01%3A-Base-articulatoire-arri%C3%A8re.-Backing-and-Backness.html?sessid=pksRSg2Gqv). Informations en ligne sur le colloque : http://www.univ-paris3.fr/20933471/0/fiche___actualite/. Maison de la Recherche, Université de Paris 3.

● [H_5] Droits Linguistiques en Guyane et ailleurs en milieu autochtone, Journée d’études, 9 mai 2012, Maison de la Recherche, Université de Paris 3, en collaboration avec l’association Tekuremai (désormais IPE) : Jean Léo Léonard (UMR 7018 Paris 3 & IUF), Eliane Camargo (Tekuremai et EREA centre d'Enseignement et de Recherche en Ethnologie Amérindienne du Laboratoire d'Ethnologie et de Sociologie Comparative, UMR 7186) & UMR 7018 - Laboratoire de phonétique et phonologie (LPP). Informations en ligne : http://www.univ-paris3.fr/20759161/0/fiche___actualite/ et http://afeareseaupeuplesautochtones.wordpress.com/2012/05/03/journee-detudes-droits-linguistiques-traduction-et-implication-en-milieu-autochtone-guyane-et-ailleurs-9-mai-maison-de-la-recherche-univ-paris-3/.

[H_6] Mise en récit du changement social et transmigration dans le Mexique indigène. Journée d’études à l’Université de Montpellier 3, site Saint Charles, Université de Montpellier 3. Organisation : Jean Leo Leonard et Karim Benmiloud (Pr. de littérature latino-américaine, IUF & LLACS, UPV-Montpellier 3) ; avec Magali Demanget (CERCE, UPV), Laurent Aubague (LLACS, UPV) et la participation d’Otto Schuman-Galvez, Pr. Universidad Nacional Autónoma de México. v. http://www.univ-paris3.fr/mise-en-recit-du-changement-social-et-transmigration-dans-le-mexique-indigene--168674.kjsp

● [H_7] Morphologie flexionnelle et dialectologie romane : typologie(s) et modélisation(s), Journée d’études annuelle de la Société de Linguistique de Paris du 26 janvier 2013, avec Martin Maiden (Oxford), Louise Esher (Oxford), Olivier Bonami & Ana Luis  (Paris & Coimbra), Francisco Dubert Garcia (Santiago de Compostela), Adam Ledgway (Cambridge), Michele Loporcaro (Zurich), Aurélie Guerrero (Toulouse), Vittorio dell’Aquila (Milan & Vaasa).

● [H_8] Primer Congreso Lingüístico de Lenguas del Papaloapam : Kjoamañatsele én xi tjín i ‘ndená, ou Premier Forum sur l’aménagement des langues du bassin du Papaloapam. Université populaire. Salon des congrès DIF Municipal de Huautla de Jiménez, Huautla de Jiménez, Oax., Mx, 28-30 septembre 2011, org. Jean Léo Léonard, Javier García Martínez & Directorio Institucional de la Jefatura 04 de Huautla de Jiménez. Participation de plus de 300 instituteurs et animateurs culturels de langue mazatèque, mixtèque et nahuatl : conférences universitaires le matin, suivie d’ateliers de réflexion et de dialogue l’après-midi, avec synthèse des propositions pour l’aménagement linguistique régional durant la dernière demi-journée.

● [H_9] Université Populaire à Tehuacán, ou Foro de Tehuacán sur  “Diversité linguistique et culturelle dans le bassin de Tehuacán”, en collaboration avec l’IEU (Instituto de Estudios Universitarios) et l’UTT de Tehuacán (Universidad Tecnológica de Tehuacán), Université populaire. cf. http://www.lajornadadeoriente.com.mx/noticia/puebla/haran-un-foro-para-analizar-la-diversidad-linguistica-cultural-y-ambiental-de-tehuacan_id_14462.html. Participation de 80 étudiants de langue nahuatl, mazatec, amuzgo, totonac sous forme d’atelier d’écriture et de conseil en développement socioéconomique rural, et interventions de biologistes, agronomes, sociolinguistes, sociologues et animateurs socioculturels.

● [H_10] Flexion et Ton : Parcimonie et Modélisation / Disentangling the inflectional role of tone, 17-18 juin 2013. Journées d’études internationales / International Workshop, en collaboration avec Enrique Palancar (SeDyl, CNRS), Université de Paris 3, Maison de la Recherche. http://www.univ-paris3.fr/tons-et-paradigmes-flexionnels-modelisation-et-parcimonie-disentangling-the-inflectional-role-of-tone-219195.kjsp

● [H_11] Les minorités invisibles : diversité et complexité (ethno)sociolinguistiques, 28-29 novembre 2013, en collaboration avec Ksenija Djordjevic Léonard : colloque international, Université de Montpellier 3, v. http://www.univ-paris3.fr/les-minorites-invisibles-diversite-et-complexite-ethno-sociolinguistiques-236415.kjsp.

● [H_12] Actualité des Néogrammairiens, 18 janvier 2014. Journée d’études de la Société de Linguistique de Paris. Cf. http://www.univ-paris3.fr/actualite-des-neogrammairiens-250636.kjsp

● [H_13] 6 Février 2014 : journée d’études Documentation des ‘langues en danger’ : approches qualitatives et participatives/Language Documentation : Qualitative and Quantitative Approaches pour le Labex EFL, Paris, en collaboration avec Katharina Haude et Mark Van de Velt. Cf. http://www.univ-paris3.fr/documentation-des-langues-en-danger-approches-qualitatives-experimentales-et-participatives-documentating-endangered-languages-qualitative-experimental-cooperative-approaches--251955.kjsp

● [H_14] Oralité et écriture en contexte autochtone : résilience et paradoxes, journée d’études 20 mars 2014, Université de Paris 3, avec José-Antonio Flores-Farfan (Ciesas, D.F., Mx), Karla Avilés Janiré Gonzalez (LabEx EFL), Capucine Boidin (IHEAL, Paris 3), Carlo Zoli (Smallcodes, It), Marie Casen & Eva Toulouze (Inalco), Alexis Pierrard (étudiant M2, Paris 3) et Javier Rivera (doctorant, Paris 3), Jean Léo Léonard (IUF & Paris 3). Cf. http://www.univ-paris3.fr/oralite-et-ecriture-en-contexte-autochtone-oralidad-y-escritura-entre-pueblos-originarios-dilemas-y-logros-orality-and-literacy-in-first-people-settings-262196.kjsp?RH=1233068248160.

● [H_15] Space, Topology, Diffusion & Languages (STDL) : Models, Simulation & Visualization. Satellite workshop / Atelier parallèle proposé au comité scientifique du Colloque International de l’Institut des Systèmes Complexes de Normandie ISCN International conference, 23-26 juin 2014. Coordination de l’atelier : Jean Léo Léonard (IUF & Paris 3) & Gérard H. E. Duchamp (PR émérite, Paris 13). Intervenants prévus : Salikoko Mufwene, Marco Patriarca, Adam Lipowski, Gérard H. E. Duchamp, Stefan Balev, Jean Léo Léonard &Vittorio dell’Aquila. Cf. http://www.univ-paris3.fr/iccsa-2014-fourth-international-conference-on-...

● [H_16] Diffusion, implantation, affinités et convergences. Journée d’études de la Société de Linguistique de Paris, 17 janvier 2015, Ecole Normale Supérieure (ENS). http://www.univ-paris3.fr/diffusion-implantation-affinites-convergence-306182.kjsp?RH=1263292432151.

● [H_17] Dialectes d’Oïl, oralite(s) et écriture(s) : points de vues sociolinguistiques (approches, théories et pratiques), co-organisé avec Fabrice Jejcic, UMR 8589, CNRS-LAMOP, Paris 1 Panthéon Sorbonne). mercredi 9 décembre 2015. Cf. http://www.univ-paris3.fr/dialectes-d-oil-oralite-s-et-ecriture-s-points...

● [H_18] Société de Linguistique de Paris & Société Linguistique d’Afrique de l’Ouest. Linguistique africaine : perspectives croisées. Journée d’études de la Société de Linguistique de Paris, co-organisée avec Annie Rialland (DR émérite, CNRS), amphi Guizot, Université Paris-Sorbonne, le 23 Janvier 2016. Cf. http://www.univ-paris3.fr/linguistique-africaine-perspectives-croise-769-es-366485.kjsp?RH=1236682598223.

● [H_19] Langues naturelles et systèmes complexes/Structural Complexity in Natural Languages, I colloque co-organisé avec Didier Demolin, Université de Paris 3, Paris-Sorbone & PPC11 + EM2, axes 1 & 7 du Labex EFL, 30-31 mai 2016, Paris 3. Communications de Kaius Sinnemäki, Mena Lafkioui, Olivier Bonami, Gérard Duchamp, Didier Demolin, Marco Patriarca, Els Heinsalu + posters (8 (post)doctorants et M2). Voir page d’accueil sur http://axe7.labex-efl.org/node/351 et résumés + diaporamas et autres textes et exempliers en édition électronique sur la page http://axe7.labex-efl.org/node/353

● [H_20] Bassins multilingues et multiculturels : Dynamiques d’interaction / Cuencas multilingües y multiculturales : Patrones de interaccion. Journée d’études « Guillermo Garrido Cruz » STIH (EA 4509) & LabEx EFL (PPC11 & EM2, axes 1 & 7) Org. Jean Léo Léonard (Université Paris-Sorbonne) & Karla Janiré Avilés González (opération EM2, LabEx EFL).

● [H_21] De la transcategorialité dans les langues naturelles : description, modélisation, acquisition et application. Journée scientifique de la SLP, co-organisée avec Danh Thành Do Hurinville, Jean Léo Léonard, Huy Linh Dao, le 21 janvier 2017. Cf. http://www.slp-paris.com/spip.php?rubrique17

● [H_22] Methods for Endangered Kartvelian Varieties Documentation & Analysis According to Language Dynamics Theory, I. 23rd of June 2017, Ilia State University, Tbilisi, Géorgie (ILIAUNI), journée d’études internationale co-organisée avec le prof. Tamar Makharoblidze, ILIAUNI. Projet IDEX Emergence (LaDyCa: Language Dynamics in the Caucasus). Cf. https://iliauni.edu.ge/ge/siaxleebi-8/gonisdziebebi-346/saertashoriso-vo...

● [H_23] Langues naturelles et systèmes complexes/Structural Complexity in Natural Languages, II, co-organisé avec Didier Demolin, Université de Paris 3, Paris-Sorbone & PPC11 + EM2, axes 1 & 7 du Labex EFL, le 17 octobre 2017.

● [H_24] CGLP 2018 (Colloque SHESL-HTL 2018) : La circulation des savoirs linguistique et philologique entre l'Allemagne et le monde (16e-20e),Membre du comité d’organisation du 25-27 janv. 2018 Paris. 

Cf. https://cglp2018.sciencesconf.org/resource/page/id/2

Et https://cglp2018.sciencesconf.org/resource/page/id/4

● [H_25] Methods for Endangered Kartvelian Varieties Documentation & Analysis According to Language Dynamics Theory, II, 23th of February 2018, Ilia State University, Tbilisi, Géorgie (ILIAUNI). Journée d’études internationale co-organisée avec le prof. Tamar Makharoblidze, ILIAUNI. Projet IDEX Emergence (LaDyCa : Language Dynamics in the Caucasus).

● [H_26] Svan Isoglosses & Onomastics. Journée d’études internationale en partenariat avec l’Institut de Linguistique de Tbilissi (Arnold Chikobava Institute of Linguistics), Géorgie, 17 octobre 2018, à la Sorbonne-Nouvelle, Maison de la Recherche, en partenariat avec Sorbonne Université et le STIH. Co-organisé avec Karla Avilés Janiré Gonzalez (Labex EFL), LIU Yaqiu et LI Shuang (Sorbonne Université). Cf. http://axe7.labex-efl.org/node/458

● [H_27] Modélisation diasystemique / Diasystemic Modeling. Journée d’études internationale à la Sorbonne-Nouvelle, Maison de la Recherche, en partenariat avec Sorbonne Université et le STIH. Co-organisé avec Karla Avilés Janiré Gonzalez (Labex EFL) et LI Shuang (Sorbonne Université). Voir programme, résumés et thématiques sur le lien http://axe7.labex-efl.org/sites/axe7.labex-efl.org/files/MD_Avril2019_Th...

Projets de recherche, contrats

3 projets innovants

1 PEPS

2 grands projets : triennal (S.O.A.S) et quinquennal (I.U.F)

2 opérations Labex EFL : EM2 « Elicitations croisées » (en collaboration avec Alain Kihm, LLF)  et PPC 11 « Diffusion des systèmes linguistiques et complexité », (en collaboration avec Didier Demolin, LPP), axe 1 du Labex EFL.

1 projet de valorisation en 2013-14 par le Labex EFL : PolyGlossMaz (dictionnaires de dictionnaires dialectaux mazatèques).

1 projet « archipel vertical dans le Canyon de Cuicatlán », axe 1 du Labex EFL, en partenariat entre PPC11 et l’opération PPC2 Approches évolutives de la Phonologie.

1 projet de coopération franco-estonien (aide à la mobilité) PARROT, 2017-18.

1 projet IDEX Emergence (LaDyCa : Language Dynamics in the Caucasus).

Voici le détail des thématiques de ces différents projets :

Projets innovants :

Trois projets innovants ont été financés par le conseil scientifique de Paris 3 depuis 1999, dont deux sur la linguistique appliquée maya (1999) et le multilinguisme maya au Chiapas (2000) avec Gilles Polian, et un sur narrativités croisées et documentation linguistique (2009-2010), avec Julie Gragnic-McCabe et Antonella Gaillard-Corvaglia.

 

Autres projets de recherche recents

Projet innovant Paris 3 Narrativités Croisées 

Ce projet s’est achevé en mai 2011. Il proposait de solliciter dans des ateliers d’écriture multilingues et multiculturels des motifs narratifs partagés entre langues et communautés linguistiques en situation de contact par Sprachbund, ou aire de convergence structurale. L’idée était de faire jouer les convergences culturelles pour susciter des textes et des créations littéraires et didactiques autochtones dans le cadre d’ateliers d’écritures, dans des zones de contact aréal intense :

a) la Sierra Huasteca au Mexique central et l’Etat de Oaxaca (resp. Julie Gragnic McCabe en collaboration avec des écoles normales et le CEDELIO - Centro de Estudios y Desarrollo de las Lenguas Indígenas de Oaxaca),

b) le nord du Chiapas au Mexique sud-est (resp. Jean Léo Léonard en collaboration avec le Ciesas),

c) la péninsule du Salento, à l’extrême sud-est de l’Italie (resp. Antonella Gaillard-Corvaglia, en collaboration avec l’Université de Lecce).

Dans le cas de la Sierra Huasteca, trois phyla se côtoient, en contact depuis plusieurs millénaires ou siècles : nahuatl (uto-aztecan), pame (otomangue) et tének (maya). Or, les cultures matérielles sont pratiquement identiques, et les cultures immatérielles partagent beaucoup, au-delà des barrières de langue – d’autant plus que certaines communautés sont bilingues maya et nahuatl, par exemple. Des ateliers ont été réalisés dans la Huasteca potosina et au CEDELIO à Tlacochahuaya (mission de Julie Gragnic en avril-mai 2010), à Tila au nord du Chiapas (en août 2010) par Jean Léo Léonard et à Taurisano dans le Salento (en juillet 2010), par Antonella Gaillard-Corvaglia.

 

PEPS (Projets Exploratoires / Premier Soutien), 2010-2011 (CNRS) :

Les Langues & Vous (LLV). Bilan de 40 ans d’aménagement linguistique de par en bas en domaine d’Oïl

En collaboration avec Lilianne Jagueneau, Université de Poitiers : Les Langues et Vous, ou l’aménagement linguistique de par en bas des langues d’oïl. Enquêtes en milieu association de défense et promotion des langues d’oïl et enjeux pour l’aménagement du territoire. Enquêtes réalisées en Saintonge, Poitou, pays gallo (région de Rennes) en avril et mai 2010. L’équipe intègre, en plus de Jean Léo Léonard et Lilianne Jagueneau, deux enquêteurs et transcripteurs micro-entrepreneurs.

            Le projet Les Langues et vous avait été initialement sollicité par un milieu associatif perplexe devant des tendances centrifuges (campagne pour séparer poitevin et saintongeais dans la liste des langues de France), ou des réactions de rejet de divers groupes ou collectifs des productions et des propositions de graphie réalisées au cours des trente dernières années. D’autre part, la création récente d’une association comme Langues de Bourgogne, qui fédère les initiatives de multiples associations réunies autour de la question des langues historiques (morvandiau-bourguignon, francoprovençal bressan, mais aussi langues de l’émigration et d’implantation récente, pourvues qu’elles soient associées à un tissu communautaire), allait également dans le sens d’une enquête réflexive sur l’action d’aménagement linguistique « de par le bas » des langues d’oïl.

Les pré-enquêtes réalisées en 2009 qui mettaient en évidence l’importance des actions de terrain enclenchées depuis des dizaines d’années en domaine d’oïl, avaient permis d’entrevoir l’intérêt d’une analyse des discours tenus autour de ces interventions par leurs initiateurs. C’est pourquoi le projet s’est orienté vers la réalisation d’entretiens biographiques, à partir de la méthodologie des récits de vie de Roos (école finlandaise) autour des axes : Libre Arbitre interne et externe, Expériences Décisives, Sphère Privée versus Sphère Publique et Centres d’Intérêt.

 

2009-2014 : IUF projet MamP (Meso-american morphoPhonology) ou MPMA (MorphoPhonologie Mésoaméricaine) 2009-2013 en dialectologie, sociolinguistique et typologie linguistique mésoaméricaine

Durée du projet : 2009-2014.

Principaux participants : Gilles Polian (Ciesas Sureste, Mexique), Alain Kihm (CNRS-Paris 7), Enrique Palancar (Surrey Morphology Group & CNRS-SeDyl, Cédric Gendrot (UMR7018), Maurizio Gnerre & Flavia Cuturi (Université de Naples L’Orientale), Vittorio dell’Aquila (Université de Vaasa & CELE), Antonia Colazo-Simon (UMR7018), Antonella Gaillard-Corvaglia (UMR 7018), Julie Gragnic-McCabe (UMR7018), Karla Avilés Janiré González (Ciesas, D.F.), ENBIO (Escuela Normal Bilingüe e Intercultural de Oaxaca, Mx), Bulmaro Vazquez Romero (Red EIBI, Oaxaca, Mx), Fabio Pettirino (chercheur indépendant), Daniele Dalmasso (idem).

            Le projet retenu en octobre 2009 par l’Institut Universitaire de France (IUF) sous le titre de MorphoPhonologie Mésoaméricaine (MPMA) a pour objets :

1) Les mécanismes de la diversité linguistique

2) La typologie linguistique

3) Les langues en danger

4) La modélisation et sa relation dialectique avec les données empiriques de première et de seconde main,

5) Le traitement et l’élaboration de données anciennes et nouvelles susceptibles d’apporter des éléments de connaissance fiables, d’ordre linguistique, pour les recherches interdisciplinaires en cours sur l’un des plus anciens foyers de civilisation du « Nouveau Monde » : la Mésoamérique (centre-nord de l’Amérique Centrale).

Le projet MPMA retenu par l’IUF pour la période 2009-2014 traite de la diversité des langues, de la typologie linguistique et des langues en danger en Amérique Centrale, à travers l’étude de deux groupes linguistiques (Maya et Otomangue) et un isolat (l’ombeayiüts ou huave), et se déploie sur quatre axes :

1) cartographie et représentations géolinguistiques ; création de bases de données, à partir de matériaux actuellement disponibles principalement sous forme de tableaux comparatifs,

2) révision et modélisation des catégories phonologiques et morphologiques des langues otomangues et de l’ombeayiüts,

3) changements et alternances structurales en séries dans le réseau des villes de la Mésoamérique ancienne et moderne,

4) documentation de langues en danger.

Cf. http://www.dailymotion.com/video/x210k0s_jean-leo-leonard-mcf-en-linguis...

La géométrie des traits (Clements, Hume), la phonologie déclarative (Angoujard) et la morphologie réalisationnelle (Stump) fournissent les principaux modèles pour l’analyse et la formalisation des données. Le projet inclut une forte composante de recherche-action afin d’appuyer la formation en linguistique mésoaméricaine et l’éducation bilingue, auprès des communautés et des linguistes indigènes, et de nombreux stages de formation et ateliers d’écriture en histoire et géographie mésoaméricaine sont organisés en Amérique centrale (à ce jour, plus de 30 ateliers d’écriture et stages ont été réalisés depuis l’été 2010, dont 20 par Jean Léo Léonard),  relayés par des journées d’études et colloques  en Europe et dans des universités centre-américaines.

            Le projet étant clos depuis octobre 2014, il est possible d’en dresser un bilan : outre l’importante production d’articles, de chapitres d’ouvrages, de bases de données, le grand nombre d’ateliers et stages participatifs avec les populations locales, les universités populaires, les 8 colloques et journées d’études internationales organisés en France entre 2011 et 2013, le projet MAmP a d’ores et déjà confirmé les prémisses suivantes, à l’origine du projet, qui revêtent une grande importance pour la documentation des langues en danger et l’association de la typologie linguistique, de la dialectologie sociale et de la linguistique formelle :

1)  Les ressources en données phonologiques méso-américaines accumulées depuis un siècle sont en effet suffisantes pour créer des atlas linguistiques et des bases de données de synthèse.

2) Leur stratigraphie et leur diversité, en fonction des cadres théoriques et descriptifs (structuralisme, tagmémique, phonolgie cyclique ou règles ordonnées & SPE, etc.), permet de détecter des différences notables de modélisation descriptive, qui ont des conséquences considérables sur les diagnostics typologiques.

3) La complexité quasi légendaire de langues comme les langues otomangues (notamment le mazatec, l’amuzgo, le chinantec, nombre de dialectes zapotecs) est un épiphénomène causé par cette stratigraphie. Des modèles récents comme la phonologie des contraintes (mouture déclarative) ou la morphologie réalisationnelle, permettent d’envisager une interprétation des systèmes en termes de simplexité.

4) Du point de vue interdisciplinaire, la mise en cartographie géolinguistique des données de langues méso-américaines permet de revisiter de nombreux concepts de la linguistique méso-américaine, aussi bien en phonologie qu’en sociolinguistique : les « town dialects », les corrélations entre aires archéologiques et aires dialectales, mais aussi la notion de Sprachbund méso-américain (Kaufman, Campbell & Thomas Smith-Stark) sont autant de construits à remettre en cause. Cette critique des construits à l’aide des modèles et des faits permet d’ouvrir d’autres horizons à la recherche interdisciplinaire : des aires d’interdépendance polycentriques plutôt que des  « town dialects », une série de micro-aires de convergences structurales associant les langues par paires plutôt que de vastes confédérations ou « unions de langues », etc. sont autant de perspectives pour les recherches futures.

5) La stratégie qui consiste à doter certaines langues à plus forte vitalité et masse critique sur le plan démographique pour ensuite en faire profiter des langues proches s’avère fructueuse – c’est ce que l’équipe MAmP a entrepris pour les langues popolocanes. De même, l’organisation d’ateliers d’écriture pédagogique, de stages de formation sur les grammaires et les systèmes phonologiques, les congrès ou forums d’éducation populaire s’avèrent bien plus mobilisateurs et utiles que l’on aurait pu croire : trois ans de missions dans le bassin du Papaloapam, autour de la zone mazatèque a pour effet de changer la donne de l’aménagement linguistique local, en renforçant les organisations locales d’instituteurs et de promoteurs culturels, et en favorisant l’échange et le brassage d’idées, d’information et de matériaux pour l’éducation bilingue et interculturelle.

            Un site internet mettant en libre accès les données, sur le modèle de AILLA (par ex. http://www.ailla.utexas.org/site/collections.html), et les publications sous formes de pre-prints, est en cours de préparation, par l’entreprise Smallcodes (Florence, Italie). Les bases de données mentionnées ci-dessous y seront accessibles en intranet pour les chercheurs, plus spécifiquement. 

 

Bases de données (bd) cartographiques du Projet MAmP

(en collaboration avec Vittorio dell’Aquila, Daniele Dalmassio et Antonella Gaillard-Corvaglia)

2009 AEM : Atlas Etymologique Maya, base de données cartographique des langues mayas (> 2500 cognats, 31 langues et dialectes mayas) à partir des données de Terrence Kaufman & John Justeson (2003). Cette bd a été utilisée pour deux articles (dont l’un dans Faits de Langues 2014) et de multiples conférences (dont un colloque de systématique, au Musée de l’Homme, 2010).

2011 ALMaz : Atlas linguistique Mazatec, base de données cartographique du mazatec (780 cognats, 12 dialectes) à partir des données de Paul Livingston Kirk (1966).Cette bd a permis la rédaction de nombreux articles, et la présentation de multiples conférences et communications à des colloques.

2011 ALMix : Atlas Linguistique Mixtec, base de données cartographique du mixtec (188 cognats, 150 locolectes), à partir des données de Kathryn Josserand (1983). Cette bd a permis la rédaction de deux articles, et la présentation de trois conférences et communications à des colloques.

2012 ALChic : Atlas Linguistique Chinantec, base de données cartographique du chinantec (194 cognats, 23 locolectes), à partir des données de Calvin Ross Rensch (1968). Cette bd sera prochainement utilisée très activement dans le cadre du projet franco-estonien PARROT, notamment pour la co-formation de Bien Dobui, doctorante à Paris 4.

2012 ALNum : Atlas Linguistique Numic (Uto-Aztécan, Great Bassin, USA) : 298 cognats, 5 langues, à partir des données de David Edmund Iannucci – une amplification à l’aide des données de Wick R. Miller, 1967 (Uto-Aztecan Cognate Sets, UCP) est prévue afin de constituer une base de données uto-aztécane. Cette bd est actuellement utilisée très activement dans le cadre du projet franco-estonien PARROT, notamment pour la co-formation d’un étudiant de master estonien, et de Flore Picard, doctorante contractuelle à Paris 4.

 

Missions et terrains

Missions scientifiques et de coopération technique et pédagogique en Amérique centrale :

Mon travail dans ce domaine a commencé en 1999 au Chiapas, avec des communautés mayas tseltal et tojolab’al, dans le cadre d’initiatives de coopération proposées par des O.N.G. aux populations autochtones. Les premiers ateliers d’écriture et d’élaboration pédagogiques, qui font le pari qu’en quelques semaines, des collectifs de formateurs bilingues et interculturels peuvent produire des supports pédagogiques supérieurs en qualité et en quantité aux productions standardisées des organismes indigénistes officiels. A la fin de mon séjour au Chiapas de l’été 2000, je suis allé suivre des cours de langue maya mam à Todos Santos, au nord-ouest du Guatemala, puis de k’iche’ à Quetzaltenango et de q’eqchi’ à Cobán, en 2001. Après cette formation intensive et accélérée dans trois langues mayas de groupe oriental (maméo-quichéan), j’ai commencé, dès 2001, à coopérer avec la Digebi (Direction Générale de l'Education Bilingue et Interculturelle) et, grâce à cette institution, avec l’ALMG (v. http://www.almg.org.gt/). Les principales opérations figurent dans la liste ci-dessous.

 

Guatemala, avril 2003 :

- Séminaire de planification linguistique à Ciudad de Guatemala

- Séminaire de phonétique instrumentale et de lecture de sonagrammes à Ciudad de Guatemala (à cette occasion a été lancé un projet d'études sociolinguistiques sur les cycles évolutifs des voyelles dans les réseaux dialectaux des langues maya, selon la méthodologie de William Labov, qui intègre l'analyse acoustique des phénomènes observés)

- Séminaire de standardisation d'une langue k'iche' : le tz'utujil, à San Pedro la Laguna.

 

Guatemala, juillet-août 2004 :

- Atelier d'élaboration de matériaux didactiques pour les écoles primaires dans une langue k'iche' : le sipakapense (2 journées dans la commune de Sipakapa, 95 participants).

- Atelier d'écriture en ixil, Nebaj, département du Quiché (1 journée, 25 participants). Enregistrement d'instituteurs.

- Enquêtes de terrain à Sacapulas en collaboration avec Cecilio Tuyuc, sur une variété de k'iche'.

- Participation à la quatrième rencontre internationale des peuples mayas du Mexique, Guatemala, Bélize, Salvador et Honduras, organisée par l'ALMG au siège de l'ALMG. Communication en séance plénière sur la planification linguistique des langues maya au Guatemala.

- Atelier de formation des directeurs régionaux de la Digebi aux ateliers d'écriture de matériaux didactiques, Ciudad de Guatemala.

- Séminaire de standardisation de l'achi, langue de la sous-famille k'iche', à Rabinal, département de Baja Verapaz (2 journées, 6 participants)

- Séminaire de formation en phonétique et phonologie (2 journées, dans le siège central de l'ALMG, à Ciudad de Guatemala, la capitale), initiation à l'utilisation du logiciel Praat.

- Atelier d'élaboration de matériaux didactiques en langues awacatèque et k'iche' à Aguacatan, département de Huehuetenango (2 journées, 50 participants).

- Présentation aux instituteurs ixils de la région de Nebaj des résultats de la recherche sur /w/ ixil.

 

Guatemala, Mexique, juillet 2005 :

- Terrain sur la phonologie de la langue tének (ou huastèque), à Tancanhuitz, Etat de San Luis Potosi, Mexique, et participation à une journée d’études sur la langue tének (famille maya) avec des linguistes et écrivains téneks.

- Quatre ateliers de dialectologie appliquée à Jacaltenango, communauté linguistique popti’ de l’ALMG, Guatemala : 1) atelier de standardisation de  la langue maya popti’ (3 jours), 2) atelier d’élaboration de matériaux pédagogiques en langue popti’ (3 jours) avec 50 éducateurs et instituteurs ruraux, 3) atelier de traitement des matériaux dialectaux collectés par questionnaire - empirisme critique - (1 jour), 4) atelier de segmentation morphosyntaxique (1 jour).

 

Guatemala, Mexique, juillet-septembre 2006 :

- Une semaine d’ateliers de linguistique diachronique maya avec les techniciens de l’Académie des Langues Mayas du Guatemala de San Miguel Acatan, Guatemala, et d’ateliers d’élaboration de matériaux pédagogiques en maya acatèque (à San Rafael la Independencia et à San Miguel Acatán).

- Enquêtes de terrain sur les voyelles RTR du kaqchikel pour la préparation d’un article pour un ouvrage collectif sur co-variationnisme, sociolinguistique quantitative et langues indigènes, dirigé par James Stanford et Dennis Preston.

- Atelier d’élaboration de matériaux pédagogiques en maya kaqchikel avec une équipe de coordinateurs et de consultants en éducation bilingue et interculturelle de l’ALMG.

Après avoir coopéré pendant cinq ans avec l’Académie des Langues Mayas du Guatemala (ALMG), qui couvre l’ensemble des 21 langues mayas en usage dans ce pays d’Amérique centrale à forte population autochtone, mon activité de coopérant en éducation bilingue et interculturelle a pris, depuis 2008, un ancrage dans un Etat multilingue du sud du Mexique, Oaxaca. Mon principal partenaire est Bulmaro Vásquez Romero (v. http://redeibi.wordpress.com/2009/09/06/el-proyecto-didactico-en-la-eib/), ex-directeur de la ENBIO (cf. http://mexico.pueblosamerica.com/c/escuela-normal-bilingue-e), et enseignant dans cette même école normale pour instituteurs et formateurs autochtones de l’Etat de Oaxaca. Une étudiante de Paris 3 qui prépare une thèse sous ma direction, Julie Gragnic, a également animé des ateliers d’écriture et d’élaboration didactique à la CEMPIO. (Coalición de Maestros y Promotores Indígenas de Oaxaca). C’est avec ces deux institutions que je compte poursuivre et intensifier mon travail de coopérant en éducation interculturelle et bilingue au Mexique dans le cadre de mon projet IUF. Les premiers contacts et les projets pout les mois prochains avec ces institutions sont présentés ci-dessous :

 

Mexique, août-septembre 2008 :

Contacts et enquêtes dialectologiques sur les langues zapotèques de l’Etat de Oaxaca (zapotec de l’Isthme, de la Sierra Norte, de la vallée de Oaxaca, et du sud) à l’ENBIO (Escuela Normal Bilingüe e Intercultural de Oaxaca) de Tlacochahuaya, où Julie Gragnic, doctorante UMR 7018 sous ma direction, a ensuite réalisé une série d’ateliers d’écriture de matériaux pédagogiques avec 24 formateurs de formateurs zapotèques, mazatèques, mixtèques, chinantèques, mixes et huave (ikoots), prolongés par des ateliers avec la CEMPIO (Coalición de Maestros y Promotores Indígenas de Oaxaca), durant deux semaines en février 2009. Un résumé d’article en collaboration avec Julie Gragnic sur cette méthodologie multilingue est actuellement en cours de rédaction pour le colloque international CILLA (Conference on Indigenous Languages of Latin America-IV) Octobre 2009.

 

Mission IUF au Mexique, juillet-août 2010 :

Deux séminaires de formation de formateurs auprès des enseignants de la ENBIO (Ecole Normale Bilingue et Interculturelle de Oaxaca) de chacun deux jours :

a)   épistémologie de l’élaboration de matériaux pédagogiques pour l’éducation bilingue et interculturelle

b)   initiation aux méthodes de la géolinguistique et du comparatisme : domaines otomangue et mixe-zoque.

Trois séminaires de chacun deux jours  d’élaboration de matériaux pédagogiques en zapotec, en mixtec et en mazatec (langues otomangues), en coopération avec Bulmaro Vásquez Romero, dans le cadre de la ENBIO et de son réseau Projet Didactique en Education Bilingue et Interculturelle.

a)   atelier élaboration de matériaux pédagogiques avec les étudiants de la ENBIO (15 participants)

b)   atelier d’écriture « les communautés invisibles », fondé sur la modélisation des contenus d’histoire et géographie, selon la méthodologie d’Howard Becker, inspirée d’Italo Calvino (enseignants du réseau EBI).

c)   Atelier-séminaire réflexif de méthodologie d’anthropologie sociale critique à la ENBIO (plus de 50 participants, étudiants de l’école normale) (participants représentant les 16 langues autochtones de l’Etat de Oaxaca).

Ateliers en région mazatèque :

a) atelier d’élaboration pédagogique pour l’éducation bilingue et interculturelle  (à Jalapa de Diaz, 4 jours, dix participants)

b) séminaire de morphologie flexionnelle mazatèque (à Jalapa de Diaz, 5 participants, deux jours).

c) atelier de dialectologie mazatèque (à Huautla de Jimenez, deux jours, 25 participants)

- Terrain de documentation linguistique et d’enquêtes dialectologiques sur la langue mazatèque (popolocan, otomangue oriental) d’une durée d’un mois : documentation linguistique.

Depuis, Antonia Colazo-Simon (UMR 7018) a effectué une mission complémentaire de deux mois (15 janvier-15 mars 2011) à l’aide des crédits IUF du projet MamP pour réaliser des enquêtes dialectologiques dans la région mazatèque et cuicatèque du bassin du Papaloapam, dans le cadre des enquêtes préparatoires pour le projet d’Atlas linguistique mazatèque), ainsi que divers ateliers d’écriture et séminaires de formation de formateurs. Deux autres missions de chercheurs free lance ont suivi, outre les deux missions de JLL, de 6 à 8 semaines chacune, en 2011 et 2012.

 

Mission IUF 20 août-5 octobre 2011 :

       Durant la deuxième mission de terrain au Mexique, l’accent a été mis sur la collecte de données dialectales du mazatec. J’ai collecté des données de phonologie, morphologie flexionnelle, de morphosyntaxe et lexique pour un ensemble de plus de deux mille entrées de questionnaires couvrant ces différentes composantes, rompant radicalement avec la méthode des listes de Swadesh. Tous les questionnaires sont construits en fonction des structures du mazatec et de la variation dialectale telle qu’elle a été documentée dans les enquêtes de Sarah Gudschinsky (années 1950) et de Paul Livingston Kirk (années 1960), suite aux travaux pionniers de Kenneth Pike (1947, 1948, etc.). L’enquête dialectologique – à proprement parler, diasystémique – mazatèque du projet MamP de l’IUF est actuellement en passe de devenir la plus grande enquête réalisée sur la variation dialectale de cette langue otomangue qui a joué un rôle stratégique dans l’histoire de la linguistique théorique et descriptive, tant du point de vue de la structure syllabique que des structures tonales et des phénomènes dits de « conflation » (forme de supplétion) en morphologie flexionnelle. Aux enquêtes sur questionnaires et aux ateliers d’écriture qu’Antonia Colazo-Simon et JLL ont réalisés s’ajoutent des enquêtes conversationnelles et de récits de vie en mazatec de l’île de Viejo Soyaltepec et dans le village de Nuevo Pescadito de Abajo Segundo (juillet 2010, enquêtes JLL). La collecte de données à l’aide de questionnaires établis durant la première mission dans les basses terres (Soyaltepec et Jalapa) a été complétée dans des localités des hautes terres encore peu ou jamais étudiées, et les ateliers d’écriture et d’élicitation croisée (écrite et orale) ont été réalisés cette fois principalement dans les écoles, non seulement avec les maîtres bilingues, mais également avec les élèves d’écoles primaires et secondaires, à San Antonio Eloxotitlan et à Santa Maria Teopoxco (dans ce cas, dans l’enclave nahuatl de la Sierra Mazateca, avec participation d’autres collectifs de l’Etat de Oaxaca, avec une dizaine de langues représentées).

Durant la mission de l’automne 2011, j’ai systématiquement initié la collecte de récits, de conversations et d’autres formes de corpus spontané de mazatec. Ces récits sont ensuite retranscrits par le linguiste à l’aide de locuteurs qui en donnent une traduction littérale sous dictée, donnant lieu à un cycle d’élicitation puisque ces séances sont également entièrement filmées et enregistrées. Une collection de textes mazatecs avec gloses est ainsi en cours bde constitution.

Durant cette mission j’ai également entrepris d’enregistrer et d’éliciter également par écrit quand cela était possible (par double élicitation, écrit/oral, en séances successives), le questionnaire ALIM (Archivos de las Lenguas Indigenas de México) dans trois localités mazatèques (Tecoatl, SA Eloxotitlan, Santa Ana Ateixtlahuaca) et dans l’enclave nahuatl de Santa Maria Teopoxco, en vue du projet ANR Corpus PopCor, déposé en novembre 2011 (réponse en attente). Une équipe de transcripteurs locaux sera mise en place dès 2013 afin d’assurer le traitement systématique de ces données d’oral spontané, dans au moins six localités de mazatec. Des enquêtes complémentaires sur le contact de langues, entre le mazatec, le mixtec et le cuicatec (deux autres langues otomangues, de type mixtecan, à la différence du mazatec, qui appartient au sous-groupe popolocan) seront réalisées, dans la continuité du travail récent d’Antonia Colazo-Simon (enquêtes sur le cuicatec et le mazatec de Chiquihuitlán, mars 2011).

Au terme de ma mission de l’automne 2011, un « congrès » que j’appellerais plutôt « université populaire », a été organisé à mon initiative à Huautla, dans les Hautes Terres Mazatèques, réunissant plus de 150 maîtres d’écoles et promoteurs bilingues et interculturels. Cette université populaire faisait intervenir durant trois matinées des universitaires connaissant les conditions sociolinguistiques des trois principales langues de la région : le mazatec, le mixtec et le nahuatl. Durant les deux premières après-midi, les communications des conférenciers étaient discutées par les instituteurs et praticiens des langues indigènes en milieu scolaire, afin de présenter ensuite une synthèse des débats et des propositions d’aménagement linguistique durant la dernière après-midi. Depuis, d’autres forums du même type ont eu lieu, et je compte en organiser deux durant l’automne 2012 : l’un à Tehuacán, l’autre en zone huave/Ikoots, au sud-ouest de l’Etat de Oaxaca.

 

Mission 18 août-13 octobre 2012 :

            Ce troisième séjour de terrain dans le cadre du projet IUF s’est avéré extrêmement productif en liens institutionnels (Ciesas D.F., Inali, CMPIO, CEDELIO, UTT, IEH, réseau B.I.C., etc.), en ateliers de linguistique huave et otomangue, et en élicitations dialectologiques de langues méso-américaines. Les trois événements marquants ont été            les ateliers d’écriture et de grammaire huave, dans trois villages de langue huave, malgré un contexte sociopolitique très tendu, l’atelier d’écriture et d’anthropologie sociale critique de San Andrés Solaga, village zapotec connu pour son système d’éducation alternatif, et le forum ou université populaire tenue à l’UTT (Universidad Tecnológica de Tehuacán, correspondant, dans le système français, à un IUT) avec une centaine d’étudiants de langue nahuatl, mazatec, totonac, etc.

Synopsis des activités :

Enquêtes dialectologiques sur la flexion verbale et les classes flexionnelles du zapotec, du mazatec (6 variétés de zapotec, 5 variétés de mazatec) et de l’amuzgo (San Pedro Amuzgos).

            Enquêtes dialectologiques diachroniques sur le chinantec (4 variétés).

            Enquêtes phonologiques et d’histoire orale sur le huave (ombeayiüts) de San Mateo del Mar, en collaboration avec Flavia Cuturi et Maurizio Gnerre, dans le cadre du projet ESOMBEY (Variation Dialectale de l’Ombeayiüts) interne au projet IUF, collecte d’histoires de vie en huave de San Francisco del Mar (variété dialectale huave en voie de disparition), dans le pueblo viejo et le pueblo nuevo (l’ancien et le nouveau village)

9 ateliers d’écriture et de grammaire de langues otomangues et de huave : 3 en zone huave (ombeayiüts), 2 en zone zapotèque, 4 en zone mazatèque.

Foro de Tehuacan sur  “diversité linguistique et culturelle dans l’axe de Tehuacán”, en collaboration avec l’IEU (Instituto de Estudios Universitarios) et l’UTT de Tehuacán (Universidad Tecnológica de Tehuacán),

cf. http://www.lajornadadeoriente.com.mx/noticia/puebla/haran-un-foro-para-analizar-la-diversidad-linguistica-cultural-y-ambiental-de-tehuacan_id_14462.html.

 

Mission 18 Juillet-31 Aout 2013 :

 

● Enquêtes de morphosyntaxe à Huautla de jiménez (mazatec, hautes terres)

● En collaboration avec Jaime Raul Calderón Calderón (UNAM) et Shun Nakamoto (Université de Tokyo et Ciesas D.F.), enquêtes de morphologie flexionnelle (paradigmes verbaux et nominaux de Kenneth Pike, 1948, chap. 8 : questionnaire de 1100 formes verbales et nominales fléchies) dans les localités mazatèques suivantes, représentant 12 variétés dialectales : Santa María Chilchotla (3 idiolectes), San Antonio Eloxochitlán, Mazatlán, San Lorenzo Cuaunecuititla (2 idiolectes), San Francisco Huehuetlán (2 idiolectes), Santa Maria Asunción (2 idiolectes), San Miguel Huautepec, San Miguel Soyaltepec (3 idiolectes), San Pedro Ixcatlán (3 idiolectes), San José Independencia, San Felipe Jalapa de Diaz (total : 21 informateurs/trices).

4 ateliers d’écriture et de grammaire en zone mazatèque 

- Atelier d’élaboration de matériaux pédagogiques, Santa María Chilchotla, jefatura escolar, Secretaría de Educación Pública.

- Atelier “Sol y Luna” d’anthropologie culturelle, Santa María Chilchotla, comunidad de Rancho de Oro, CMPIO (Plan Piloto).

- Atelier d’élaboration de matériaux de géographie et de grammaire mazatèque, San Lorenzo Cuaunecuititla, Bachillerato integral Comunitario n°34 (avec 120 élèves de collage).

- Atelier de grammaire et de tonologie mazatèque, San Miguel Soyaltepec (Tuxtepec), comunidad de Corral de Piedra.

● Enquêtes sur tradition orale en mazatec, à Corral de Piedra (zone de réinstallation de populations déplacées lors de la construction du barrage Miguel Alemán) et à Santa Maria Asunción.

● Séances de travail avec des chercheurs du Ciesas DF, de l’INALI et de l’UNAM, les 29 et 30 août 2013, pour faire bénéficier au projet d’enquêtes dialectales sur le mazatec, en préparation à l’initiative de l’INALI et du Ciesas, des résultats de l’ALMaz (Atlas Linguistique Mazatec, projet MAmP, IUF (2009-13).

 

Mission 23 Juillet-31 Aout 2014 :

● Enquêtes dialectologiques à San Lucas Zoquiapam (système verbal mazatec).

● Enquêtes pour l’élaboration d’une méthode de mazatec en ligne, dans le cadre d’un projet MOOC (Inalco) – variété de Huautla de Jiménez (Hautes terres centrales).

● Enquêtes de tonologie et morphologie flexionnelle sur le mixtec de San Juan Coatzospam, Oaxaca.

● Enquêtes de morphologie flexionnelle sur le zapotec de Tlacolula.

● Coopération avec Isauro Nava, superviseur de zone scolaire, pour une étude de stylistique et de poétique de poèmes mazatecs en variété de Huautla.

 

Mission 6 au 28 Juillet 2015 :

● Enquêtes sur la phonologie, la morphologie et la morphosyntaxe du totonac et du tepehua (Pisaflores) : quatre variétés dialectales de totonac des hautes terres, dix locuteurs (env. 15 heures d’enregistrements audio & vidéo).

● Enquête sur la morphologie verbale de l’otomi oriental (Santa Maria Apipilhuasco, Veracruz).

 

Mission 7 au 31 Juillet 2017 :

●Ateliers d’élaboration de matériaux pédagogiques en langues nasa yuwe, nam trik (namui wan) et runa shimi (kichwa) dans le cadre du Master de Revitalisation et enseignement des langues indigènes de l’Université du Cauca, Colombie, cf. http://axe7.labex-efl.org/node/397#overlay-context=taxonomy/term/12.

 

Mission 24 février au 7 mars 2018 (Tbilissi, Georgie) :

●Co-organisation d’une journée d’études présentant les résultats du projet LaDyCa

●Enquêtes dialectologiques en morphologie flexionnelle du svan, du mingrélien et du dialecte imérétien (georgien nord-occidental).

● Enquêtes phonologiques sur l’abkhaze, en partenariat avec l’Institut des Relations Géorgie-Abkhazie (https://www.peaceinsight.org/conflicts/georgia/peacebuilding-organisations/the-institute-of-georgian-abkhazian-relations/).

● Réalisation d’un atelier de collecte de données dialectales géorgien-mingrélien, avec des étudiants de master de l’Univesité d’Etat Ilia à Tbilissi (28 février-1er mlars 2018).

 

Mission 9 Aout au 10 septembre 2019 (Bolivie) :

● Ateliers d’élaboration de matériaux pédagogiques en langues quechua, aymara et uru chipaya, au PROIBE-Andes, Cochabamba (v. http://axe7.labex-efl.org/node/481).

● Ateliers d’élaboration de matériaux pédagogiques en langue aymara au collège bilingue et interculturel Kurmi Wasi.

● Elicitations phonologiques d’aymara (La Paz).

● Collecte ethnolinguistique en quechua dans la ville de Totora, avec Alexis Pierrard et des étudiantes quechuaphones de l’atelier du PROIBE-Andes.

 

Autres Terrains ou Enquêtes  linguistiques

- Eté 1998 : deux semaines d’enquêtes de terrain sur l’arbëresh (albanais d’Italie), à Firmo, en Calabre.

- 1998-2000 : quatre séjours de deux semaines d’enquêtes de terrain sur le basque gipuzkoan à Ataun, dans la Communauté Autonome Basque.

- 2000 : série de six enquêtes morphologiques et morphosyntaxiques sur le kurde kurmanji auprès de migrants du Kurdistan turc, à Amiens.

- Janvier 2002 : enquêtes phonologiques sur le tchétchène auprès d’une famille de réfugiés tchétchènes à Montpellier.

- Eté 2003 : trois semaines d’enquêtes de terrain (phonologie, morphologie, sociolinguistique) sur le mordve mokša, Fédération de Russie.

- Avril 2004 : trois semaines d’enquêtes de terrain (phonologie, morphologie, sociolinguistique) sur le mordve erzya, Fédération de Russie.

- Eté 2004 : une semaine d’enquêtes de terrain sur le garifuna (langue arawako-caribe d’Amérique centrale), à Livingston, Guatemala : enquêtes phonologiques, morphologiques, récits de vie et histoire orale.

- Avril 2012 : série de 6 enquêtes de terrain sur les systèmes flexionnels périphrastiques dans la zone de transition gipuzkoan-biscayen dans la Communauté Autonome Basque, en collaboration avec les enquêteurs de l’atlas linguistique basque de l’Académie de la Langue Basque (Euskaltzaindia).

- Du 20 avril au 5 mai 2013 à Petrozavodsk, Carélie orientale, Fédération de Russie (cf. G 76 supra) : enquêtes phonologiques, morphologiques et sociolinguistiques sur le vepse et les langues fenniques de la République de Carélie.

- avril-mai 2014 : une semaine d’enquêtes sociolinguistiques sur la variété ligure (gallo-italique) « tabarquine » de l’île de San Pietro, Sardaigne, auprès des micro-aménageurs linguistiques (instituteurs, associatifs, artistes).

- avril 2016 : une semaine d’enquêtes sociolinguistiques sur la variété croate ikavienne na našu et sur l’arbëresh dans la région du Molise, Italie centro-méridionale, auprès des linguistes, sociolinguistes et écrivains locaux.

 

Animation de stages : 2-4 décembre 2013 

Animation d’un stage de pédagogie immersive dans la Calandreta (école bilingue occitane/français) Aimat Serre, 2 rue André Girard 30 000 Nîmes, en coordination avec l’ISLRF (série de stages Talhièrs d’escritura e d’elaboracion de materials didactics en occitan), avec six professeurs des écoles et vingt élèves de CM1-2..